mercredi 6 octobre 2010

Deux millions d’euros pour un polar : la liberté de création en péril

Ma compagne, Lalie Walker et son éditeur Parigramme sont assignés en justice (la partie adverse réclame 2 millions d'euros) pour son roman "Aux malheurs des dames". Voici le communiqué.
------------------------------------------
Le procès se déroulera le vendredi 15 octobre, à 13h30, plaidé par Maître Emmanuel Pierrat Rendez-vous au : 6, boulevard du Palais, île de la cité, salle d'audience de la 17e chambre du Tribunal Correctionnel (dite chambre de la presse). L’audience est publique et votre présence serait un véritable soutien
------------------------------------------
Deux millions d’euros pour un polar : la liberté de création en péril
Le 15 octobre, c’est devant la 17e chambre du tribunal correctionnel que sera plaidée l’affaire "Aux malheurs des dames."
Dans ce roman publié aux éditions Parigramme, Lalie Walker noue son intrigue à Montmartre et plus précisément au marché Saint-Pierre, temple du tissu au mètre. Menaces, phénomènes étranges, enlèvements et meurtres nourrissent une peur contagieuse dont l’étau ne se relâche qu’avec l’issue finale. Tout est bien sûr fiction dans ce thriller haletant, personnages comme situations ; nul n’ignore en effet que les allées du Marché Saint-Pierre ne sont pas ordinairement fréquentées par des tueurs psychopathes !
Les dirigeants du Déballage Dreyfus attaquent néanmoins en diffamation l’éditeur et l’auteur, réclamant l’interdiction de l’ouvrage et deux millions d’euros de dommages et intérêts. Cette mise en cause d’un procédé littéraire somme toute très répandu consistant à loger une fiction dans un décor réellement existant a de quoi faire frémir ; si on lui donnait droit, des rayonnages entiers des bibliothèques pourraient encourir le même reproche et être également menacés. "Aux malheurs des dames"… à lire avant qu’il ne soit trop tard !