mardi 9 mars 2010

Pérégrinations polar en Hongrie et histoire de la femme qui inventa le flamant rose

Du 25 au 28 février dernier, j'ai eu l'honneur et le plaisir d'être invité par l'Institut Français de Budapest avec Jean-Bernard Pouy et Didier Daeninckx. Il s'agissait de parler de polar et de roman noir, littératures, si j'ai bien compris, peu pratiquées localement.
Pouy ("Une brève histoire du roman noir") a donné une conférence historique, érudite et drôle le vendredi soir sur le roman noir, Daeninckx, le samedi a notamment raconté la genèse émouvante de son roman sur Missak Manouchian ("Missak"), célèbre résistant exécuté par les nazis et porté sur l'Affiche Rouge. Quant à moi le samedi matin j'ai animé un atelier d'écriture avec des étudiants de français et des compatriotes expatriés à partir du tableau NightHawks d'Edward Hopper. L'après-midi, deux d'entre eux ont lu leurs textes (excellents) et Jibé et moi nous sommes livrés à notre numéro de duettistes co-écrit et maintenant très au point (on nous le demande souvent) "Les marronniers du noir et du blanc", catalogue des clichés des littératures noires et blanches, devant un public mince, mais en tout cas hilare. Tout cela a été rapporté fort bien dans un magazine culturel de Duna TV que voici que voilà (vous parlez toutes et tous le Hongrois bien sûr ?). (NDA : Bon sang qu'elle est belle, la présentatrice, woaaw).
Surprenante apparition d'un flamant rose...
La visite a Budapest a été l'occasion de prouver que le flamant rose est créateur de lien social, et ce sans aucune frontière.
J'ai en effet rencontré la petite fille de "la femme qui inventa le flamant rose" (et ne crut pas qu'il existait vraiment car en Hongrie les flamants sont blancs) Ilona Bartócz dont je vous laisse découvrir ci-dessous l'histoire étonnante. Cette écrivain hongroise (la couverture de son livre est ci-dessus) était la grand-mère de Flora, libraire chaleureuse qui tient la librairie française de Budapest "Latitudes" où nous nous sommes tous trois livrés à des dédicaces. On y découvrira les vertus bénéfiques du flamant rose -depuis le temps que je me tue à vous le dire ! (Et puis une petite fille d'écrivain hongroise devenue libraire, j'adore !).
Bref, un superbe voyage, des rencontres formidables, une ville somptueuse... Merci l'Institut Français !