jeudi 19 février 2009

A lire : "Une brève histoire du polar", par Jean-Bernard Pouy


Une brève histoire du roman noir, Jean-Bernard Pouy.
Ed. Oeil Neuf.
Le Mot de l'éditeur :
Loin de tout esprit universitaire, mais proche de la passion folle et de l'amour patient, Jean-Bernard Pouy nous propose ici à la fois un portrait chronologique et une ode personnelle, voire même partiale ou provocatrice, du roman noir et de ses différents acteurs.
Extrait du livre :
I...... Empoignons la bête
A l'époque mythique de l'Age d'Or, les portes,
dit-on, n'avaient pas été encore inventées.
Les hommes n'en avaient pas besoin.
Ils ne devaient se protéger ni contre le ciel,
qui était toujours clément, ni contre les bêtes,
auxquelles ils n'avaient pas enseigné
la cruauté, ni contre leurs frères humains,
qui ne mentaient pas, ne volaient pas,
ne tuaient pas.
Début de Oedipe Roi


Si je tente cette brève histoire du roman noir, c'est essentiellement parce que j'en écris, et que je ressens, partialement, la force et la «justesse» de ce genre littéraire flou, à géométrie variable, et sujet à maintes et maintes explicitations, explications et définitions. Mais, à force de pratiquer, on se rend vite compte des obligations, grilles, voire règles qui encadrent cet aspect, à mon avis, prédominant et déterminant, de ce qu'on nomme, désormais, le Polar, et que, pour cette raison, on a une vague intention de légiférer.
Cette approche, plus qu'une étude, a déjà été menée par des spécialistes et critiques connus et surpuissants, auprès desquels je puiserai énormément de renseignements. Que ce soit l'auteur infatigable du seul dictionnaire mondial de ces littératures, Claude Mesplède, que ce soient les éditeurs combatifs et combattants, les historiques et les nouveaux, que ce soient les nombreux et pugnaces amateurs éclairés, les récents thésards universitaires, les critiques de plus en plus compétents et précis, les blogueurs incantatoires, la liste est longue. Dans ces écrits et travaux tous azimuts, dans toutes ces recherches précises et précieuses, on remarque souvent des avis différents, voire adverses, des goûts spécifiques, quelquefois des anathèmes, qui dénotent une passion de la controverse et surtout une passion pour cette littérature, dite encore, la bouche en cul de poule, populaire.

Si je vous recommande cet excellent livre jubilatoire, érudit et généreux, qui a pour principal défaut de vous faire augmenter l'infernale "pile des livres à lire", c'est aussi parce que la page 69 consacre mon premier roman "La Santé par les plantes" (Série Noire Gallimard 2543, réédition des Ed. de La Loupiote), catégorie "allumés" entre William Klotzwinckle et Christopher Moore,... ce qui est un sacré compliment... A noter, que dommage, Gallimard ne l'exploitant plus depuis plus de deux ans, et n'envisageant pas de le réimprimer sous quelque forme que ce soit (Lionel Besnier, le jeune gestionnaire de stock aux ordres qui fait office "d'éditeur" pour Folio Policier ne le rééditant pas au prétexte, dit-il, qu'il "ne réédite que ce qui s'est déja vendu") j'en ai récupéré les droits, et la centaine (?) qui serait restée en circulation après dix ans de vente aurait été donc définitivement retirée des bacs et du catalogue. Malgré déjà 2 recommandés avec accusés de réception (le dernier début janvier 2009), adressés à Aurélien Masson, directeur de la Série Noire... je ne sais toujours pas combien j'en ai vendu en dix ans (jamais eu de relevés... !)... Et on ne me répond pas. Où sont passés les -je pense (?)- 6000 exemplaires des deux tirages ? Où est l'argent?
Ca va finir au cabinet d'avocat Pierrat tout ça, je le sens...

Hormis cet aspect crapoteux et lassant, ben pourtant... à en croire Pouy, ce bouquin désormais introuvable, serait incontournable dans le style déjanté... Et comme je n'ai plus d'éditeur (hormis actuellement pour des livres qu'ils me commandent) et ne sais pas où en trouver un, il ne revivra jamais... A croire que l'absurde va définitivement bien à ce livre...