dimanche 28 septembre 2008

Welcome to Agnès Laroche in ze club !

En 2007, Agnès Laroche -qui écrivait déjà de nombreuses nouvelles sur son blog- a participé à un atelier d'écriture avec cinq ou six autres participants ; atelier que j'ai animé à Tours durant un week-end (j'étais le cadeau car ils avaient gagné le concours de nouvelles -tu parles d'un cadeau). Elle est douée, même impressionnante si je me souviens bien sur un de mes exercices tordus et pervers de la fin. J'apprends aujourd'hui qu'elle publie désormais des romans pour ados chez Rageot (excellente maison qui a du Christian Grenier par exemple) et que deux autres sont à paraître en 2009.
> Voir ici son premier : Tim Sans-dragon.
Hé bien moi, je trouve ça génial. bienvenue au club !
De toute façon, elle n'avait MEME PAS BESOIN de mes conseils. Je ne peux même pas dire que c'est grâce à moi. pfffffff...

vendredi 26 septembre 2008

Et si nous passions 56 minutes et 20 secondes ensemble aux toilettes ?

Le 10 septembre dernier à 10 h. dans son émission (excellente et drôle) "Rien n'est joué", Madeleine Caboche de la Radio Suisse Romande m'a fait l'honneur de m'inviter autour de mon ouvrage "Le Livre à lire aux toilettes" (Editions de l'Hèbe, 2008). Chroniques, sketches, papotages... Nous nous sommes bien amusés en direct. Ils m'ont gentiment proposé l'enregistrement de l'émission et il est écoutable sur le blog du livre, ici.

Les Habits Noirs, site en ligne

Les Habits noirs est une association culturelle créée par Marc Villard, Jean-Bernard Pouy (écrivains), Stéfanie Delestré (éditrice) et Clémentine Thiébault (site web Noir comme polar). Son but est de promouvoir des événements tous azimuts (littérature, musique, cinéma, happenings, arts plastiques, podcasts, vidéo, publications, salons, festivals...) autour de la littérature populaire, du roman noir et du polar. J'en fais activement partie et en suis aussi le webmestre. Découvrez les 4 blogs interconnectés, abonnez-vous au podcast, envoyez des infos, etc.

Automeurtre

Un important site portail, K-Libre, autour du polar créé par Julien Védrenne va ouvrir prochainement. Pour eux, Adrien Carpentier, photographe de grand talent (allez voir ses port-folios ici) a réalisé un portrait mis en scène. C'est cette horreur d'automeurtre freudien. Magnifique, non ? Je placerai cette photo sur mon site principal. Si vous la copîez, merci de citer Adrien, de faire un lien sur son site ou sur son travail autour des auteurs qui sera visible sur K-Libre.
(J'ai mis les liens plusieurs fois, on ne pourra pas dire que je crédite pas l'image !)

mercredi 24 septembre 2008

lundi 22 septembre 2008

Le flamant rose comme injure

Flamant rose : grand palmipède qui cherche sa pitance dans les eaux troubles. Peut s'utiliser pour désigner un individu tirant ses revenus de sources suspectes, ou d'un maître chanteur ; éventuellement, d'un détective privé. [du provençal flamenc, à cause de la couleur de flamme du plumage de cet oiseau].
Robert Edouard, Dictionnaire des injures. Ed. 10x18, 2004

dimanche 21 septembre 2008

"Arrêtez d'arrêter" : sortie en novembre dans le coffret "Tabac" des Editions Atelier In8

Les éditions de l'Atelier In8 qui se sont fait remarquer récemment avec un coffret de nouvelles sur le vin et aussi sur le jazz, m'ont fait l'honneur de me demander un texte sur le tabac, qui sera magnifiquement "packagé" en forme de paquet de cigarettes américaines. Alors, non : je ne suis toujours pas parvenu à arrêter de fumer. Par ailleurs, comme j'aime bien faire mon contrariant, la nouvelle d'humour grinçant que j'ai rendue, "Arrêtez d'arrêter", va vous montrer en quoi fumer est politique... et comment c'est peut-être l'avenir. Parution à l'automne. J'ignore quels sont les autres auteurs, mais ce ne sera sans doute pas de la petite fumée.
Cliquez sur l'image pour voir la couverture en grand et lire le prière d'insérer.

mardi 16 septembre 2008

Venez au "Bal à la page" du 11 octobre 2008 !

Je serai un des auteurs lus (et présent pour discuter, boire des coups et dédicacer) lors d'un BAL À LA PAGE qui se tiendra dans le cadre de Lire en Fête le samedi 11 octobre 2008 à la Boule Noire (salle de bal de La Cigale), 120, boulevard Rochechouart, 75018 Paris, métro : Pigalle.
Le concept, qui était pourtant improbable, marche fort depuis des années et est simple : les gens dansent, puis écoutent des lectures, puis dansent, etc. L'ambiance est toujours très sympathique, enthousiaste et amusée. Cela commence vers 20h (au début pour chauffer le public un prof de danse -normalement- initie à des pas exotiques et tropicaux) et c'est une production de l'association de lecture à voix haute Les Livreurs (renseignements sur leur site ici pour avoir une idée, et en vidéo aussi) que j'aime beaucoup et me fait l'honneur de me lire depuis une décennie aux quatre coins de ce pays (mais pas que moi, pfffff, c'est leur seul tort). Je crois que cette année -à confirmer- c'est aussi pour les enfants à partir de 12 ans.

Légende de l'image qui n'a absolument rien à voir :
Flamingo, par Calder, (1974). Sculpture en acier peinte, dimension 1600 cm (hauteur). Federal Center Plaza, 230 South Dearborn Street, Chicago

samedi 13 septembre 2008

Avec le site Yearbookyourself.com

... qui est par ailleurs un mode futé de promotion des magasins de fringues. Bon, je n'ai pas utilisé ma propre photo, mais celle d'un crâne, pour rigoler. Je me fais déjà assez peur comme ça... > Essayez ici.






Traduit en Japonais !


J'avais déjà eu l'honneur d'avoir plusieurs livres traduits à l'étranger (Italie, Chine du Nord), ainsi que des nouvelles (Italie, Hollande, Ecosse, USA), mais je n'avais pas encore le Japon ! C'est fait, grâce à Norio Yamada de Kyoto, amateur très averti de polars français et remarquable francophone. Il vient de publier sur son site dédié au polar français -site fortement recommandé et très élégant- une traduction de ma nouvelle "Un quart d'heure pas plus", (mon premier texte édité !), qui avait été publiée à La Loupiote avant d'être reprise plus tard dans un recueil de chez Librio/J'ai Lu. Merci à lui !

Le prix des livres : un texte de Paul Fournel paru sur Actualitté


Si vous avez le goût des livres, vous connaissez la valeur des textes que vous lisez. Ceux qui ont le plus de valeur sont ceux qui vous procurent les plus grands plaisirs de lecture. Vous vous épuisez à convaincre votre entourage des charmes de Modiano et des ruses de Roubaud. Vous relisez vos classiques, vous étalonnez vos modernes, vous montez la gamme de tous les plaisirs que peut procurer la lecture, mais avez-vous la moindre idée du prix du texte que vous lisez le soir avant de vous endormir ? Quel est le prix de vos bonheurs ?
La suite est là. Le texte est excellent.
Ce qu'il oublie de dire c'est pourquoi les auteurs touchent-ils si peu ? Ah oui, Fournel est au comité de lecture du Seuil. Il ne peut pas tout dire...

vendredi 12 septembre 2008

Signataire de "Téléchargez-moi", l'appel de Poptronics contre la loi Création et Internet


Voici le texte d'intro. Nous sommes déjà 86 artistes de tous horizons a avoir signé. On trouvera plus d'infos, ainsi que la liste des premiers signataires dans l'article qu'y consacre Poptronics. Rejoignez cet appel en signant la pétition...

« Téléchargez-moi » Le projet de loi « Création et Internet » que le Parlement doit adopter cet automne nous préoccupe. Il est en total décalage avec notre réalité, bien loin de la « Création » et encore plus de cet « Internet » dont il prétend vouloir réguler les pratiques. Cela dit, il semble très naturel qu’une communauté de cinéastes « défendent cette loi sans réserve » et se fendent d’une tribune intitulée « Culture ne rime pas avec gratuité » dans « Le Monde » du 8 juillet. Comme il semble naturel que l’enjeu industriel soit au cœur de cette loi.
Sauf que. Depuis les débuts du World Wide Web, nous nous sommes pris au jeu de cette mutation et existons 1.0, 2.0, et demain 3.0. Nous sommes les créateurs de demain, sans prétention aucune. Très sérieusement et depuis longtemps, nous nous posons la question du droit d’auteur, celle de la diffusion des œuvres sur les réseaux et de leur réception. Tout comme nous nous posons la question de l’économie de la création, sur l’Internet et ailleurs.

Ce projet de loi est contraire à nos pratiques, tout comme il est extrêmement méprisant des usages et totalement ignorant d’un monde simplement contemporain.

Nous souhaitons qu’un projet de loi intitulé « Création et Internet » prenne en compte nos processus de création. C’est un droit.

Nous désirons partager et être téléchargés, sans filtrage aucun. C’est une nécessité.

Nous espérons que le principe démocratique selon lequel l’œuvre existe ou n’existe pas au travers du regard de l’autre s’applique à cette multiplicité que d’autres nomment « piratage ». C’est une revendication.

L’auteur, le créateur, le spectateur, a muté. L’œuvre est regardée, écoutée, partagée, comme jamais auparavant. Et c’est pourquoi créateurs et regardeurs ne peuvent être filtrés par une loi obsolète et crétine. Une loi qui asphyxie la « Création » et « l’Internet ».

mercredi 10 septembre 2008

Deux excellentes "Suite Noire" : Hervé Claude et Patrick Mosconi

Pour l'instant mon préféré, parmi cette collection des Editions La Branche qui comporte déjà quelques perles (outre le mien "Pizza sur la Touffe" évidemment), était celui de Chantal Pelletier (en cours d'adaptation télé), "Tirez sur la caviste". Désormais il y en a deux autres (mais je n'ai pas encore lu les derniers) : "Cocu de Sac", d'Hervé Claude (un thriller dans l'outback qui n'a vraiment rien à envier, voire est mieux, que le surestimé et surjoué Cul de Sac de Douglas Kennedy auquel il fait d'ailleurs référence) et un second petit roman néo polar d'action haletant (véritable leçon d'engrenage en une centaine de pages, du grand art) de Patrick Mosconi "Sans mot dit".
Ruez-vous sur cette collection et sur ces titres...

Résumés de l'éditeur :

Sans mot dit Suite Noire n°23 Patrick MOSCONI 2008 Parce qu’une de leurs proches en a trop vu, des êtres venus d’horizons contraires se rencontrent et une drôle de musique s’élève dans leurs cœurs. Tout est désormais affaire d’éthique. Celle du combattant qui pense que c’est sa meilleure arme. Et celle du tueur qui l’empêche de sombrer dans ce qu’il pense être la barbarie. Entre eux, s’agite quelqu’un qui, lui, croit juste à l’amour. La vérité, celle qui lie les individus à leur époque, n’est pas forcément là où l’on croit.

Cocu de Sac Suite Noire n°24 Hervé CLAUDE 2008 La grande route déserte qui, du Nord au Sud, traverse le continent australien, est le plus sûr chemin menant vers un Enfer de solitude, de chaleur et d’obscurité, peuplé des monstres les plus divers. C’est sur ce possible Achéron que deux jeunes français vont croiser, en la personne d’un salaud en chasse, leur destin. Mais c’est surtout le Mal qu’ils rencontrent, celui qui est tapi dans leur tête, leurs nerfs, leur fausse innocence et leur inconsciente naïveté.

Ca fait peur

De temps en temps je lis des magazines de vulgarisation psy, genre Psychologie Magazine. C'est une source impayable d'idées, de tendances, d'occasion de ricaner, d'idées de gags.
Ca fait peur aussi, voire surtout.
Le plus navrant, lénifiant à un point qui me terrorise et je pèse mes mots (dire que j'ai failli écrire pour eux ; ça ne s'est pas fait et finalement tant mieux), c'est vraiment ce Psychologie Magazine. C'est quoi ce monde quasi sectaire de gourous anesthésiants qui rendent la vie fadasse au prétexte de l'améliorer, sont capables de dire tout et son contraire, ou longuement rien du tout, et entretiennent un gloubiboulga confusionniste de concepts décervelants ? Le monde va mal, on le sait. J'apporte rien de neuf, là. Mais une apnée dans Psy Mag, qui a tant de lecteurs, c'est une expérience ultime dans ce que cette société a de plus pervers dans l'incitation au contrôle de soi, à l'anéantissement volontaire de l'individu au prétexte de le faire s'épanouir.
Dans le numéro de juin 2008, une brève qui se veut positive et porteuse d'avenir -et qui raconte qu'en entreprise les réunions se feraient désormais sans ordinateur ou gadget techno-, m'apprend page 126 que "la tendance est au retour des bon vieux rapports humains".
Les "bons vieux rapports humains" !
Les "bons vieux" !
Ben oui, au fait ? Qu'est-ce qu'on fichait ? On est cons ou quoi ? On avait oublié les bons vieux rapports humains. On est vraiment des burnes. C'est donc désormais une tendance à suivre.
Effarant, consternant. C'est à pleurer d'indigence intellectuelle sous l'aspect de réflexion.

(Légende de cette photo envoyée par Laurent S. [Merci ! ] et prise en août 2008 à Sigean : "Des policiers des RG voulant ficher sur Edvige des flamants roses se sont encore trompés de déguisement. Saurez-vous les reconnaître ?").

lundi 8 septembre 2008

jeudi 4 septembre 2008

Karine Zibaut expose à compter du 19 septembre 2008

L'amie Karine expose son travail photographique (fortement recommandé) à compter du 19 septembre à Neuilly-sur-Seine, chez AROA - GALERIE EN ATELIER - 38 Bd d'Inkermann. Titre de l'expo : body and soul.
Exposition du 19 septembre au 25 octobre 2008. A cette occasion, car l'exposition sera présentée dans d'autres lieux, un livre éponyme (bilingue anglais) des photographies est édité par l'auteur, collector au tirage limité, avec une préface de Lalie Walker.

La communication, ce n'est pas si simple

Merci Bruno :-)