samedi 16 août 2008

Eloge des escrocs africains spammeurs (paru sur Rue89)


Il y a peu encore, les escrocs africains, qui paraît-il pompent des fortunes au niveau mondial, jouaient sur la cupidité stupide du type qui voulait sa commission sur un rapatriement bancaire, vous envoyant des mails rédigés à partir de ce modèle : « Mon père est mort, l’argent est bloqué dans une banque, faites prête-nom pour moi, et Dieu vous garde, etc ».

Ce type d’arnaque, ai-je appris d’un ami, existait déjà du temps de Vidocq : on nommait cela les « lettres de Jérusalem ». Plus subtil désormais, ci-dessous ce nouveau type de pourriel que je viens de recevoir (je n’ai aucun « bien immobilier ») : il incite clairement à tenter d’escroquer un Africain cherchant une location… Bien sûr, derrière, ils ont dû tout préparer pour embobiner le gros malin.

——— Message transféré
De : yves dusoit Date : Tue, 12 Aug 2008 14:36:45 +0200
A : Francis Mizio
Objet : DEMANDE DE LOCATION
Bonjour Mr. et Mme,

Je me nomme Mr. Dusoit Yves, j’aimerai louer votre bien immobilier pour une période de deux mois à compter du 30 Aout au 30 Octobre 2008 . Je vous rappelle que nous sommes au nombre de trois personnes soit mon petit enfant de deux ans et ma femme et moi.

Si vous etes disponible pour cette période, veuillez me faire parvenir le devis total de ma location pour les deux mois y compris la caution et les charges.

PS: Au cas où il y aura des papiers à signer soit le contrat de location , je souhaiterai que vous me fassiez parvenir celà par fichier joint email. Pour ce qui est du paiement, je compte vous reglez par virement de banque.

Je vous demande de bien vouloir me contacter pour que nous en discutions et si possible s’il est possible que vous me fournissez un descriptif. Recevez mes sinceres salutations.

Mr. Dusoit Yves

Tel: +225 66 86 78 52
Avenue Des Oscars,
Rue Chardy 01
Bp 226 Abidjan 01
E-mail:dusoit.yves@yahoo.fr

Je ne vais pas donner de nom, mais j’ai connu ces dernières années un exemple de la grande bourgeoisie fortunée qui se faisait du fric dans la location au black d’un micro-appartement dégradé à des sans-papiers (ce qui a débouché sur un drame terrible, actuellement en jugement).

Après tout, dans une Europe devenue raciste, cynique et sans scrupule, jouer sur le registre de l’incitation à arnaquer est terriblement malin. Bon backlash [« retour de bâton », ndlr]. Bon esprit.

Quand l’escroc était « le Malien du ménage »

Il y a une vingtaine d’années, dans une ancienne vie, j’ai été second d’agence bancaire. Toutes les agences du coin ont été dépouillées la même matinée du même jour en argent liquide (de gros retraits, de 30 à 40 000 francs de l’époque), par une myriade de types structurés.

Deux heures après le retrait frauduleux, les escrocs étaient dans l’avion et l’administration centrale de la banque ressentait un gros creux à l’estomac. J’ai moi-même donné une telle somme en espèces à un des ces Africains : costard superbe coupe, langage châtié, courtois, drôle, cultivé, charmant, type business man…

Tout était en règle. Et lors du retrait, apparemment, c’était bien son fric. Il avait ouvert son compte une semaine plus tôt et retiré le virement qu’il attendait. En fait, il s’agissait d’un réseau de Maliens, formés de façon militaire à l’arnaque et l’informatique, qui débarquait en France, ouvrait des comptes, se faisait embaucher dans des sociétés de nettoyage et, la nuit, forçait les ordinateurs pour effectuer des virements sur leurs comptes tous frais.

Le mien, c’était un gros virement de la Loterie nationale (devenue depuis la Française des jeux). Mon client costard adorable était donc le « Malien du ménage », qui nettoie quelque part nuitamment un bureau, et dont personne ne se soucie, qu’on ne voit pas, à qui on ne parle pas.

J’avais trouvé l’arnaque brillante et déjà, subtile. La banque, le système capitaliste, l’Occident repu s’en sont remis. Ils s’en remettent toujours. En vérité, ces escrocs africains, je les adore.

Merci à Christian Dufour pour l’info sur les Mémoires de Vidocq, que l’on trouve sur Gallica.

La photographie m'a été offerte par "Dulconte", un internaute sur le site Rue89 où ce papier volontiers provoc est paru.