dimanche 9 mars 2008

Une excellente biographie de Bukowski


- La biographie de Charles Bukowski intitulée "Bukowski, une vie de fou" (Editions du Rocher, 2008) par Howard Sounes est fortement recommandable et passionnante, malgré un style un peu plat... Sans doute une référence (et sans complaisance pour l'homme). Une formidable occasion de se remémorer les textes hantés par Hank Chinaski, de se refondre avec sa musique particulière, sa prose étonnante et sa poésie morte d'amour désespéré, de solitude et d'absurde, et de ne pas oublier son dégoût pour une société qui n'a rien changé... même si, encore une fois, il semblerait que le personnage n'était pas qu'écorché vif et pas toujours semblable à ce qu'il écrivait.

Il se passe que je suis un fan absolu de Bukowski, qui m'aura conforté dans mon goût de l'écriture et une certaine vision du monde, et ai participé à l'anthologie-hommage dirigée par le passionné Richard Comballot en 2004 (illustrée ici par le formidable Beb Deum (avec qui j'aimerais tant travailler!) et publiée pour l'anniversaire des dix ans de la mort d'Hank) chez Eden : "D'ici à Nulle part". Ma contribution est une nouvelle intitulée "Happy Buk's day" et narre comment à travers une sorte de "Jour Bukowski" national et consensuel, le Tout Etat Kulturel et festif récupère et détourne l'esprit et la subversion du grand Bukowski... car tout ce qui rapporte de l'argent, forcément finit par ne plus déranger sinon, hélas, servir le système.
Coïncidence, je découvre quelques minutes après avoir rédigé cet article que l'écrivain Marc Villard publie sur son site un papier à propos du recueil de Bukoswki Les jours s’en vont comme des chevaux sauvages dans les collines aux Editions du Rocher. J'ignorais ce recueil (qui doit être tout neuf). La bio en parle plusieurs fois, il me le faut urgemment !
Du coup, je ressors ici trois Mp3, en plein revival Bukowski qui me prend. Deux sont issus de je ne sais plus quel site d'archives sonores américaines et sont des moments des Giorno Poetry Systems ("Totally Corrupt, 1976"). Le premier est une lecture par Buk himself de deux poèmes : "Christ, You'll Never Know" et "The Closing of the Topless Ande Bottmless Bars" et le second fichier comprend les poèmes suivants à la file : "Cloud Nine", "I Live in a Neighborhood of Murderers" et Two Horse Collars.
Enfin mon troisième mp3, c'est... moâ même (!!) qui dit du Bukowski. Je viens de me souvenir que fin 2007 en passant boire un coup chez mon pote Bruno Mélonio (dépanneur Mac, mais aussi musicien), il nous a pris de bidouiller en 2 heures avec une guitare et le logiciel Garage Band cet extrait d'un poème issu de "L'amour est un chien de l'enfer" (Grasset) : "La fille assise sur le banc de l'arrêt d'autobus" (un peu d'indulgence, hein ? Ca a été fait en 2 heures en bricolant...). J'ai toujours eu en effet pour fantasme de dire du Bukowski sur une musique originale... Si vous êtes musicien et si ça vous dit, hein...